Entretien : Les concepteurs de véhicules Annelie Mohrs et Oliver Stick parlent du développement du nouvel Actros

Véhicule & technique

« Une nouvelle ère ».

Le nouvel Actros marque le début d'une nouvelle ère dans la construction de camions. Cette révolution se reflète à l'extérieur mais surtout à l'intérieur. RoadStars a rencontré deux concepteurs de véhicules qui ont participé à l'élaboration du nouveau fleuron.

Pas à pas. Annelie Mohrs et Oliver Stick se sont inspirés des concepts-car pour mettre au point le nouvel Actros.

Annelie Mohrs et Oliver Stick nous ont reçus dans les salons du Daimler Design Center de l'usine Mercedes-Benz de Sindelfingen. Outre des prototypes futuristes, le duo travaille sur l'aspect concret et les éléments de commande des camions de série. Comme le nouvel Actros. Annelie Mohrs s'est chargée de l'interface entre l'homme et la machine. Dans ce domaine, le nouvel Actros a véritablement progressé avec ses nouveaux écrans et son concept d'affichage innovant. Oliver Stick a conçu l'intérieur de la cabine du conducteur mais également l'extérieur des Mercedes-Benz Trucks. Il a donc participé à la conception de nouveautés, comme le Multimedia Cockpit et la MirrorCam.

Qu'est-ce qui vous plaît dans votre travail ?

Annelie Mohrs : Pour moi, c'est important de ne pas simplement concevoir un appareil mais un poste de travail complet. Les chauffeurs passent de longues heures derrière le volant. Après le travail et pendant les pauses, ils restent aussi dans leur camion. Pour eux, c'est comme une deuxième maison. C'est là qu'ils utilisent nos créations, des affichages des systèmes d'aide à la conduite à la sélection de leurs titres préférés dans le système de divertissement.

Oliver Stick : De mon côté, j'adore la diversité de mon travail. En tant que concepteur de l'intérieur et de l'extérieur des camions, je contribue depuis des années à créer un ensemble harmonieux où convergent technologies et esthétique dans les Mercedes-Benz Trucks.


Quels furent les principaux défis du nouvel Actros ?

Oliver Stick : À l'intérieur, nous sommes clairement passés à l'ère du numérique. En effet, la plupart des instruments ont été remplacés par des écrans. Les rétroviseurs ont également disparu. C'est désormais la MirrorCam qui assure cette fonction, avec ses caméras et les deux grands écrans situés sur les montants A. C'est un pas de géant qui ouvre de nombreuses possibilités et promet des projets passionnants – une nouvelle ère !

Annelie Mohrs : Le chauffeur souhaite travailler avec un système simple et non pas une machine complexe avec laquelle il doit batailler. Je tiens toujours compte de cet aspect lorsque je travaille sur l'interface entre l'homme et la machine. C'est pourquoi, nous avons créé des éléments d'interface utilisateur intuitifs. Leur logique doit fortement s'inspirer du quotidien, à savoir des tablettes et des smartphones. Les possibilités et tâches sont nombreuses : par exemple, nous pouvons mieux sélectionner les informations dont a besoin le chauffeur dans une situation spécifique, qu'elles soient visuelles, acoustiques ou tactiles.


Est-ce que vous avez des exemples ?

Annelie Mohrs : Oui, le nouvel Active Drive Assist, qui autorise la conduite partiellement automatisée dans toutes les plages de vitesse. Il a fallu mettre au point de tout nouveaux scénarios de conduite qui apparaissent sur l'écran central. Régulateur de vitesse et commande de boîte intelligents, le Predictive Powertrain Control est encore plus performant et nous voulons que cela se voie.

Oliver Stick : La personnalisation est également un thème central. Les chauffeurs du nouvel Actros peuvent évidemment écouter leurs morceaux préférés avec le système de divertissement. Ils peuvent aussi installer leur application préférée, comme sur leur smartphone, et configurer eux-mêmes les affichages et les éléments de commande.



Quelles étapes suit le concepteur lors du développement des éléments de commande ?

Annelie Mohrs : Nous avons d'abord analysé le concept de l'habitacle. Nous avons par exemple étudié l'univers des couleurs, les matériaux mais également l'extérieur. C'est ainsi que l'on obtient progressivement une impression plus précise du véhicule. Nous avons aussi tenu compte des nouvelles études de psychologie perceptuelle.

C'est très théorique …

Annelie Mohrs: Mais c'est nécessaire. (rire)


Le chemin est donc encore long jusqu'à l'Actros final. Quelles sont les étapes de la conception de l'intérieur et de l'extérieur ?

Oliver Stick : Nous essayons de trouver des idées de manière tout à fait classique : avec du papier et un stylo. J'ai presque toujours ces deux objets avec moi. Les meilleures idées me viennent généralement spontanément et dans les lieux les plus insolites. Il faut ensuite créer des ébauches détaillées. Enfin, les projets sont numérisés afin que nous puissions créer un petit modèle en argile. À partir de là, nous construisons un modèle à l'échelle 1:1 car ce n'est que dans les dimensions originales que nous pouvons constater réellement les nombreux impacts du design ! Nous obtenons le modèle numérique complexe tout à la fin. Les étapes de production démarrent sur cette base.

Le nouvel Actros avec Multimedia Cockpit, Active Drive Assist et bien d'autres innovations – est-ce seulement le début ?

Annelie Mohrs : Absolument ! La connectivité, la conduite sans conducteur et l'électromobilité vont continuer de nous accompagner. Le nouvel Actros est déjà équipé de nombreux systèmes d'aide à la conduite et de sécurité innovants. La prochaine génération intégrera forcément encore plus de fonctions et de systèmes inédits.


Défi. Les croquis préliminaires aident Annelie Mohrs à réussir la transition de l'analogique au numérique.
Défi. Les croquis préliminaires aident Annelie Mohrs à réussir la transition de l'analogique au numérique.
Défi. Les croquis préliminaires aident Annelie Mohrs à réussir la transition de l'analogique au numérique.
Défi. Les croquis préliminaires aident Annelie Mohrs à réussir la transition de l'analogique au numérique.

À quoi peut-on s'attendre ?

Oliver Stick : Trois grandes tendances vont nous influencer dans la conception des nouveaux camions : premièrement, nous souhaitons réduire les émissions de CO2 en améliorant l'aérodynamique de la carrosserie et des accessoires. Deuxièmement, nous devons renforcer l'identité de la marque. Même si le camion est plus aérodynamique, il doit ressembler à un Mercedes-Benz. Troisièmement, les innovations dans le domaine de la conduite sans conducteur transforment le poste de conduite classique en un espace à la fois bureau et lounge avec une ambiance salon.

Comment imaginez-vous le camion de demain ?

Annelie Mohrs : Les systèmes intelligents faciliteront le travail à bord du camion. Le camion de demain interviendra dans les situations stressantes et soulagera le chauffeur des tâches ennuyeuses. Les véhicules seront de plus en plus connectés et échangeront plus d'informations. C'est à nous, les concepteurs, d'en déterminer la forme.

Oliver Stick : À l'extérieur, le camion changera de physionomie à moyen terme. La calandre disparaîtra en même temps que le moteur thermique. Avant cela, je pense que les nouvelles réglementations modifieront également les dimensions des camions, notamment leur longueur. Elles auront un impact considérable sur la conception des véhicules. Par exemple, si les tracteurs avec semi-remorque peuvent être plus longs, les concepteurs auront plus d'espace pour optimiser l'aérodynamique en inclinant le pare-brise. Et ceci aura un effet considérable sur l'aménagement de l'habitacle.

Madame Mohrs, Monsieur Stick, nous vous remercions de nous avoir consacré cet entretien !


Questions : Lars Kruse
Photos : Matthias Aletsee
Vidéo : Martin Schneider-Lau

27 commentaires