MirrorCam et Sideguard Assist fonctionnent désormais en étroite collaboration – ce qui apporte une sécurité accrue

Véhicule & Technique

Tourner à droite sans danger.

Les accidents avec dommages corporels survenant lorsque les camions tournent à droite font actuellement la triste une des journaux. Chez Mercedes‑Benz Trucks, l’assistant de changement de direction existe déjà depuis 2016. Pour le nouvel Actros et le nouvel Arocs, ce système d’avertissement a été encore perfectionné. Il fonctionne maintenant en étroite collaboration avec la MirrorCam.


Le croisement est étroit. Pour tourner à droite, Carsten Barth doit se déporter vers la gauche pour que les pneus de sa semi-remorque n’accrochent pas le bord du trottoir. En même temps, il doit faire attention au trafic en sens inverse. Il n’y a ici pas beaucoup de place pour son ensemble de 18 mètres.

Soudain, un triangle jaune s’allume sur l’écran de la MirrorCam côté passager : un cycliste apparaît dans l’étroite bande entre le trottoir et l’Actros. Carsten Barth le distingue nettement sur l’affichage. « Je suis bien content de cet avertissement lancé par l’assistant de changement de direction », déclare notre chauffeur de 42 ans en laissant passer le cycliste. « Ce passage manque de visibilité. Le système est vraiment une aide appréciable. »


« L’assistant de changement de direction et la MirrorCam aident le chauffeur dans la complexité de la circulation. »

– Carsten Barth, ingénieur mécatronicien chez Daimler Truck AG


L’ingénieur mécatronicien Carsten Barth et son équipe travaillent chez Daimler Truck AG sur les systèmes d’assistance et de sécurité des camions de Mercedes‑Benz. Au programme dernièrement : l’interaction optimale entre la MirrorCam et l’assistant de changement de direction sur le nouvel Actros et le nouvel Arocs.

En 2016 déjà, Daimler était le premier constructeur de camions à mettre sur le marché l’assistant de changement de direction. Pour le lancement des deux nouveaux poids lourds, le système a été encore amélioré : les avertissements ne sont plus affichés avec un voyant LED sur le montant avant droit, mais sur l’écran droit de la MirrorCam. Celle-ci et l’assistant de changement de direction travaillent ainsi en étroite collaboration. Ce qui évite une pléthore d’informations pour le chauffeur. Toutes les informations importantes sont en effet regroupées en un seul endroit.



Ce que Carsten Barth apprécie surtout avec la MirrorCam, c’est qu’elle réduit encore la problématique de l’angle mort : « On voit encore trop de chauffeurs qui roulent avec des rétroviseurs mal réglés. Ils se créent eux-mêmes un angle mort sur le côté passager, dans lequel cyclistes et piétons passent facilement inaperçus. Avec la MirrorCam, le problème du mauvais réglage n’existe plus, parce que la caméra et l’écran montrent toujours la même image complète, quelle que soit la perspective. L’angle mort est ainsi neutralisé. » Le cadrage est réglé une fois pour toutes en usine et il peut être affiné, si besoin est, par le chauffeur.

En fait, le législateur voulait maîtriser le problème de l’angle mort en 2009 à l’aide d’un amendement. La législation européenne prévoit en effet que les poids lourds doivent être équipés de rétroviseurs anti-angle mort donnant aux conducteurs un champ de vision plus vaste que les rétroviseurs classiques. Mais on ne peut jamais exclure l’erreur humaine, même si le conducteur a bien réglé les rétroviseurs. Lorsqu’un camion tourne à droite, il en résulte souvent de dangereuses collisions, parfois avec issue mortelle. Les victimes sont surtout les cyclistes et les piétons.


Un danger potentiel. Dans la complexité de la circulation, à la suite d’une erreur humaine, un cycliste peut passer inaperçu sur le côté droit d’un camion. Les capteurs radar de l’assistant de changement de direction perçoivent le cycliste et le système peut en avertir le chauffeur.
Un danger potentiel. Dans la complexité de la circulation, à la suite d’une erreur humaine, un cycliste peut passer inaperçu sur le côté droit d’un camion. Les capteurs radar de l’assistant de changement de direction perçoivent le cycliste et le système peut en avertir le chauffeur.
Niveau d’alerte jaune. Dans le premier niveau d’alerte de l’assistant de changement de direction, un triangle jaune s’allume sur l’écran droit de la MirrorCam dès qu’un obstacle mobile ou stationnaire se trouve dans la zone de surveillance latérale du système.
Niveau d’alerte jaune. Dans le premier niveau d’alerte de l’assistant de changement de direction, un triangle jaune s’allume sur l’écran droit de la MirrorCam dès qu’un obstacle mobile ou stationnaire se trouve dans la zone de surveillance latérale du système.
Niveau d’alerte rouge. En cas de risque de collision, l’assistant de changement de direction déclenche un avertissement supplémentaire optique et acoustique. L’affichage clignote en rouge, puis reste allumé en permanence au bout de deux secondes. Un signal sonore retentit en même temps du côté passager. Le chauffeur peut freiner et, comme dans ce cas, laisser passer le cycliste en toute sécurité.
Niveau d’alerte rouge. En cas de risque de collision, l’assistant de changement de direction déclenche un avertissement supplémentaire optique et acoustique. L’affichage clignote en rouge, puis reste allumé en permanence au bout de deux secondes. Un signal sonore retentit en même temps du côté passager. Le chauffeur peut freiner et, comme dans ce cas, laisser passer le cycliste en toute sécurité.
Une gamme unique de performances. À la différence des autres systèmes disponibles sur le marché, l’assistant de changement de direction de Mercedes-Benz Trucks est totalement intégré dans l’architecture du véhicule. Le système fonctionne sans clignoteur activé, prend en compte l’ensemble du convoi et peut calculer à l’avance la courbe suivie par la remorque.
Une gamme unique de performances. À la différence des autres systèmes disponibles sur le marché, l’assistant de changement de direction de Mercedes-Benz Trucks est totalement intégré dans l’architecture du véhicule. Le système fonctionne sans clignoteur activé, prend en compte l’ensemble du convoi et peut calculer à l’avance la courbe suivie par la remorque.
Changer de file sans problème. Pour le changement de bande à droite, par exemple après un dépassement ou dans un trafic à plusieurs files, l’assistant de changement de direction vient en aide au chauffeur pour la manœuvre.
Changer de file sans problème. Pour le changement de bande à droite, par exemple après un dépassement ou dans un trafic à plusieurs files, l’assistant de changement de direction vient en aide au chauffeur pour la manœuvre.

Le grand public et le monde politique sont alarmés.

En Allemagne et en Autriche, un débat intensif s’est engagé à la suite de certains accidents tragiques survenus ces derniers derniers temps.

À Berlin, le ministre des Transports a déjà réagi : d’ici à 2022, les poids lourds nouvellement immatriculés devront être équipés d’un assistant de changement de direction qui vient en aide au chauffeur lorsqu’il tourne à droite. En outre, des aides publiques sont accordées aux entreprises de transport qui équipent dès aujourd’hui leurs véhicules en conséquence.

Pour certains critiques, ce n’est pas assez : ils vont jusqu’à réclamer l’interdiction des camions sans l’assistant de changement de direction dans le trafic urbain.


Mais comment se fait-il que, malgré la législation européenne de 2009, les chauffeurs de camion ne voient pas les cyclistes lorsqu’ils tournent à droite ? Le virage à droite dans une intersection très fréquentée ou mal conçue représente une situation souvent complexe pour un poids lourd. Elle devient encore plus difficile lorsque la pluie ou l’obscurité dégrade la visibilité. Le chauffeur ne doit pas seulement regarder dans les rétroviseurs, mais aussi observer tous les panneaux de circulation, les piétons et les usagers tournant à gauche dans le trafic en sens inverse.


Niveau d’alerte rouge.

Il doit aussi souvent faire attention aux véhicules qui viennent en sens inverse ou qui roulent à sa gauche sur une autre bande. Car beaucoup de virages ne peuvent être négociés par un ensemble routier qu’en faisant un crochet vers la gauche pour avoir un angle suffisant. Le chauffeur doit souvent pour cela empiéter pendant un instant sur la bande d’à côté. Un coup d’œil insuffisant dans le rétroviseur et on a vite fait d’accrocher un cycliste côté passager.

L’assistant de changement de direction sur l’Actros et l’Arocs apporte ici une sécurité accrue. Le système fonctionne aussi bien sur un porteur solo que sur un train routier de 18,75 m. Il ne s’agit pas d’un freinage automatique, mais le système vient en aide au chauffeur grâce à un processus d’avertissement en plusieurs étapes. Si un objet mobile ou immobile se trouve dans la zone de surveillance sur le côté passager, le chauffeur est tout d’abord informé par voie optique. Ensuite, c’est un triangle qui s’allume sur l’écran de la MirrorCam côté passager. En cas de risque de collision, un avertissement supplémentaire, optique et acoustique, survient : l’affichage clignote en rouge, puis reste allumé en permanence au bout de deux secondes. Un signal sonore retentit en même temps du côté passager.

« Notre système d’alarme attire avec précision l’attention du chauffeur de camion sur une situation potentiellement dangereuse », explique Carsten Barth. « Le chauffeur a ainsi la possibilité de freiner à temps ou de contourner l’obstacle. C’est un grand progrès, car le trafic augmente et les défis qui en découlent sont de plus en plus complexes, surtout dans les villes. »



Tout l’ensemble routier sous contrôle.

Daimler Truck AG est actuellement le seul constructeur qui offre un tel système d’avertissement totalement intégré dans l’architecture du véhicule. D’autres constructeurs se contentent d’une solution disponible en option. Elle ne fonctionne, par exemple, qu’avec le clignoteur actionné. « Notre système analyse par contre la vitesse angulaire de lacet et l’angle de braquage. Il peut donc déclencher son alerte même si le chauffeur oublie de mettre son clignoteur pour tourner à droite. »

Un autre grand avantage de la solution Mercedes-Benz Trucks, c’est la prise en compte des remorques et semi-remorques : Les deux capteurs radar de proximité fixés sur le châssis côté passager devant le pont arrière du camion sont orientés de manière à surveiller toute la longueur du convoi, plus deux mètres à l’avant et un mètre à l’arrière. « Ce que les autres constructeurs ne proposent pas », déclare Carsten Barth.

Et ce n’est pas tout. Avec le lancement du nouvel Actros, l’assistant de changement de direction vient aussi en aide au chauffeur dans certaines conditions lorsqu’il veut tourner à gauche. Sur les porteurs solos avec un porte-à-faux de 1,50 m après le pont arrière, le coin arrière droit du camion risque de se déporter. Il peut en résulter une collision du porte-à-faux avec les autres usagers de la route. Sur le nouvel Actros, le système d’assistance avertit à temps le chauffeur d’un tel risque.


Et l’assistant de changement de direction de Mercedes-Benz possède un autre atout : le système avertit uniquement devant les objets immobiles sur le côté passager lorsqu’il y a effectivement risque de collision. Les objets détectés qui ne représentent pas de danger ne déclenchent aucun avertissement pour ne pas détourner inutilement l’attention du chauffeur. Le système prédit pour cela la courbe suivie par la remorque : diverses informations sur le tracteur et la remorque sont prises en compte et vérifiées deux fois par détection radar. « C’est une belle performance technique, qui fut nécessaire pour une foule d’essais sur route », constate Carsten Barth. « Jusqu’à présent aucun autre constructeur n’a déployé autant d’efforts de développement. »

Le calcul de la courbe de la remorque fonctionne jusqu’à 36 km/h. Toutes les autres fonctions de l’assistant de changement de direction sont actives dans toute la gamme de vitesses de 0 à 90 km/h. Le système peut ainsi venir en aide lors d’un changement de file vers la droite : si le chauffeur actionne le clignoteur ou franchit une ligne de marquage, l’assistant informe sur un objet éventuel du côté passager, ce qui est une aide appréciable lors du changement de file sur les routes à plusieurs bandes.


Non seulement l’assistant de changement de direction, mais aussi la MirrorCam aident le chauffeur à ce que rien ne lui échappe. En plus de la solution du problème de l’angle mort, la conception compacte des caméras améliore sensiblement la visibilité panoramique : obliquement vers l’avant, au-delà des montants avant, le chauffeur a une vue bien plus dégagée du fait de l’absence des grands rétroviseurs classiques. Carsten Barth dit à ce sujet : « Ce qui est fort agréable dans les manœuvres et dans les virages serrés. »

Carsten Barth est convaincu du fait que réunis, l’assistant de changement de direction et la MirrorCam fournissent une aide efficace au chauffeur. « Nous venons justement d’en faire l’expérience : lorsque le camion est arrêté au feu rouge et que le conducteur ne regarde pas forcément à droite, un cycliste peut justement s’y faufiler. Ils démarrent tous deux quand le feu passe au vert. Cette situation recèle un gros potentiel de risque. Même avec l’assistant de changement de direction et la MirrorCam, une défaillance humaine peut se produire, mais, compte tenu des exigences croissantes de la circulation, ces systèmes sont incontournables. Ils ne déchargent pas le chauffeur de ses responsabilités, mais ils lui viennent efficacement en aide.



La sécurité dans le nouvel Actros.

À côté de l’assistant de changement de direction optimisé, le nouvel Actros présente toute une série de nouveaux systèmes d’assistance et de sécurité qu’aucun autre constructeur n’offre sous cette forme.

Le nouvel Actros.


Photos: Matthias Aletsee
Vidéo: Alexander Tempel

16 commentaires