Transport de conteneurs : en tournée avec Sidney Sideloaders

Économie & Logistique

Sight-trucking.

Le transport de conteneurs est la spécialité de Sydney Sideloaders. Cette entreprise utilise pour cela des remorques spéciales – et un Actros. Effet secondaire de nombreux voyages : vues grandioses sur les attractions de la métropole numéro un d’Australie.

Dépose facile. La Sydney Sideloaders est l’une des premières entreprises à utiliser le système éponyme dans la métropole de cinq millions d’habitants – et c’est toujours le numéro un à Sydney dans ce segment.

Lorsque les béquilles d’appui se déploient sans bruit à l’avant et à l’arrière de la remorque, cela rappelle un peu un outil multifonction surdimensionné rassemblant une foule de gadgets à déplier. Mais lorsque les deux grues hydrauliques déposent latéralement avec une belle aisance sur le bitume le conteneur accroché à de grosses chaînes, force est de constater une chose : on est en présence d’une technique sophistiquée impliquant une bonne dose de puissance. « It’s an Australian thing, même si le système a été fabriqué en Suède », déclare Chris Divis. « Sideloader » (chargeur latéral) c’est le nom de ce « truc » peu connu en Europe, mais utilisé en Australie pour charger et décharger les conteneurs. Soit dit en passant : le système a donné son nom à l’entreprise de Chris Divis : Sydney Sideloaders.



La première partie du nom parle aussi d’elle-même en Europe. L’entreprise de transport est basée dans la plus grande métropole australienne, dans le plus grand port conteneurs du continent : Port Botany. On pourrait en apercevoir facilement les grues depuis le site de l’entreprise, si on ne se trouvait pas au milieu de montagnes de conteneurs. La vue est aussi restreinte sur le « reach stacker » qui se déplace sans cesse entre les empilements, parce qu’il soulève beaucoup de poussière en manipulant les conteneurs. « C’était autrefois du bitume », nous dit Chris Divis en montrant le sol. « Mais avec le temps, le ‘reach stacker’ a tout raboté. »

Une chose est claire : le travail ne manque pas pour les 30 collaborateurs de Sydney Sideloaders. Et cela tient dans l’essentiel aux « boîtes » normalisées. « Notre terrain est depuis longtemps trop petit, mais la situation à proximité de Port Botany est d’une valeur inestimable », poursuit notre homme de 51 ans. Car c’est là essentiellement que sont débarqués les conteneurs que ses salariés se chargent de transporter. Quelque 12 000 boîtes l’année passée. « Nous sommes à Sydney parmi les moyens et grands transporteurs de conteneurs. Dans le segment des sideloaders nous sommes le numéro un. »



Le marché du transport australien est marqué par les importations. C’est pourquoi la plupart des missions commencent dans l’un des ports de Sydney, où les sideloaders peuvent être chargés comme les autres remorques. Leur grand avantage se manifeste chez le destinataire : « Nous n’avons besoin pour cela d’aucun autre équipement, ni l’aide de personne. » Lorsque le conteneur est dépoté, le destinataire nous en informe brièvement. Un chauffeur vient alors chercher la boîte vide pour la transporter au terminal conteneurs. Et le petit jeu peut recommencer.


« Sydney est incomparable ! Nous veillons à ce que nos chauffeurs fassent toujours des tournées intéressantes à travers la ville »

– Chris Divis, Directeur de Sydney Sideloaders, sur les transports dans une métropole pas comme les autres


Livraison à toute heure du jour et de la nuit.

On apprécie beaucoup cette grande flexibilité notamment dans le secteur du bâtiment, où l’on peut ainsi se faire livrer du matériel sur les chantiers à toute heure du jour et de la nuit. « Mais nous transportons en fait tout ce qui arrive dans le pays, depuis les vêtements jusqu’au produits alimentaires, en passant par les pièces automobiles et les appareils médicaux. En plus, nous nous chargeons des formalités douanières », déclare notre entrepreneur. Ses donneurs d’ordres sont souvent des courtiers, mais aussi des importateurs et des détaillants.

La plupart des livraisons prennent le chemin de destinataires dans le Grand Sydney, une métropole de cinq millions d’habitants. Les trajets passent souvent par le célèbre Harbour Bridge, avec vue sur le non moins emblématique Opéra de Sydney. Chris Divis et ses chauffeurs apprécient les attractions de leur ville : « J’ai déjà beaucoup voyagé dans le monde, mais Sydney est tout simplement incomparable ! Et nous veillons à ce que nos chauffeurs fassent toujours des tournées intéressantes à travers la ville. »

Chris Divis a fondé l’entreprise en 2005 avec son frère Tony et ils forment toujours le duo de direction. Tandis que Tony était auparavant banquier, Chris travaille depuis trois décennies dans le secteur du transport, tout d’abord comme chauffeur, puis comme manager dans une entreprise de transport. Au moment de la fondation, peu d’entre elles proposaient des transports avec sideloaders (chargeurs latéraux), raconte-t-il. « Nous y avons vu une occasion, nous l’avons saisie et nous enregistrons depuis une croissance constante. » Les deux frères ont débuté avec quatre camions. Leur parc comprend actuellement 20 véhicules et il ne va pas en rester là.


Route touristique. L’Opéra fait partie du programme obligatoire de tout visiteur de Sydney. Il fascine aussi les chauffeurs de Sydney Sideloaders, comme lors de ce voyage vers le port au petit matin.

Ce qui joue aussi en faveur des deux frères, c’est que le pouvoir d’achat est élevé en Australie et que la population est en constante croissance. Les besoins en importations par fret maritime augmentent ainsi automatiquement. « La production intérieure est négligeable », explique Chris Divis. La majeure partie des importations viennent d’Asie, essentiellement de Chine.

La marchandise est transportée presque exclusivement en Actros. Voici trois ans, Chris et Tony Divis ont commencé à transformer leur flotte « mixte » en un parc exclusivement Mercedes-Benz. « Nous y avons été incités par le programme de financement ‘Agility’ que Mercedes-Benz propose ici en Australie et qui nous apporte la sécurité pour toutes les dépenses concernant le service et les réparations. »


Une croissance constante. Si la flotte de Sydney Sideloaders comprenait au départ quatre camions, elle en compte 20 aujourd’hui – et certains d’entre eux longent à l’occasion la célèbre plage de Bondi.

Mais les véhicules eux-mêmes ont déjà aussi convaincu par leurs performances, déclare Chris Divis. « Lorsque nous avons reçu notre premier Actros 2653 en 2017, une chose était claire : il évolue dans une ligue à part ! » Un autre exemplaire est ensuite arrivé dans la flotte. « Les chauffeurs sont toujours abordés par les collègues d’autres entreprises, qui veulent voir le camion de plus près. »

Outre les missions à Sydney et dans les environs, les chauffeurs vont desservir à l’occasion des destinataires dans des régions plus lointaines. Et dans 20 % de tous les transports on a recours à la technique des sideloaders. Pendant la rencontre avec Chris Divis, nous voyons qu’un ensemble articulé avec semi-remorque surbaissée, sur laquelle sont arrimées les pièces d’un alternateur, est stationné dans le petit entrepôt de l’entreprise. « Les services d’entreposage constituent un complément intéressant pour nos clients. Nous sommes aussi l’une des rares entreprises qui transborde les matières dangereuses dans la zone portuaire. »


Quel que soit le genre de remorque utilisé, beaucoup de livraisons ne sont pas vraiment sensibles en matière de délais, raconte Chris Divis ; pour ajouter en souriant que tout le monde dans son équipe cherche à livrer la marchandise le plus vite possible. « Et c’est ce qu’on attend finalement de nous entre-temps. » Ce qui cadre avec la philosophie de Sydney Sideloaders : « Depuis des années, la collaboration est excellente avec la plupart de nos clients. »


35 kilomètres sont effectués en moyenne par les chauffeurs de Sydney Sideloaders pour leurs transports dans la métropole.

Photos & Vidéo: Alexander Tempel

18 commentaires