Pompe et citerne : l’Actros de Franklin MacDonalds est un modèle spécial

Véhicule & Technique

Un poste de travail taillé sur mesure.

Franklin MacDonalds transporte de l’huile et des émulsions dans son semi-remorque citerne. Le véhicule spécial a été construit sur la base d’un Actros 2543 LS avec essieu traîné.

Mourik apprécie les tracteurs de Mercedes-Benz pour servir de base à ses propres aménagements.

Certains jours, Franklin MacDonalds ne parcourt pas plus de 50 kilomètres avec son Actros. Pourtant, ce dernier occupe une place centrale dans son travail tout au long de la journée. Cela ne fait pas longtemps que Franklin s’est vu remettre son camion. Pour lui, l’Actros est plus qu’un moyen de transport – il est un instrument de travail.

Le chauffeur âgé de 53 ans roule depuis 22 ans pour Mourik. Il aime toujours son travail. Il n’est pas un cas isolé au sein de l’entreprise familiale. Beaucoup de ses collègues comptent déjà 25 années d’ancienneté, voire plus.


Un « modèle collector » : le nouvel Actros de Franklin a reçu en interne le numéro 2000 de la flotte.

Dans la citerne : de l’huile et des émulsions.

Franklin travaille principalement avec un client à IJmuiden. « Je viens chercher de l’huile et des émulsions à l’usine », explique-t-il. Une énorme pompe à vide située derrière la cabine lui permet d’aspirer le liquide qui va dans la grande citerne. « Quand la remorque est pleine, le liquide doit aller dans les grands réservoirs de stockage sur le site. La distance n’est pas énorme, mais deux fois par semaine, je me rends aussi à Moerdijk ou Weert. » Là-bas, l’huile est transformée. « Dans ce cas-là, je fais un peu plus de route bien sûr. Mais je ne vois pas la journée passer. Personne n’est là pour observer mes faits et gestes. Et il faut dire que j’ai un bon outil de travail », déclare-t-il en désignant l’Actros derrière lui. Le tracteur dispose d’un système de pesée automatique qui indique précisément à Franklin quand la citerne est complètement pleine ou vide. Cela fait gagner du temps.

Un travail au sein d’une entreprise polyvalente.

Quand l’entreprise Mourik a été créée, ce n’était qu’un constructeur local. Depuis, son activité s’est internationalisée avec des filiales dans le monde entier et plus de 2.000 collaborateurs. Elle s’est aussi diversifiée : ses secteurs d’activité vont de la construction et la réparation des routes aux travaux de nettoyage et d’entretien sur les usines pétrochimiques en passant par le renforcement de digues.


Franklin est ravi de son nouvel Actros avec son aménagement spécial.
Franklin est ravi de son nouvel Actros avec son aménagement spécial.
Franklin est ravi de son nouvel Actros avec son aménagement spécial.
Franklin est ravi de son nouvel Actros avec son aménagement spécial.
Derrière la cabine StreamSpace du 2543, il y a assez de place pour l’énorme pompe à vide.
Derrière la cabine StreamSpace du 2543, il y a assez de place pour l’énorme pompe à vide.

Des aménagements propres à l’entreprise.

L’entreprise est aussi présente dans la carrosserie-construction. Franklin : « Chez Mourik, l’aménagement de poids lourds est réalisé en interne. De ce point de vue également, c’est vraiment une super entreprise. » Chez Mourik, on opte souvent pour les tracteurs Mercedes-Benz. Notamment lorsqu’il faut monter un certain aménagement spécial – comme dans le cas de Franklin. Mercedes-Benz est une marque que l’on qualifie chez Mourik de « propice aux aménagements ». Cependant, il y a pas moins de 1.400 heures de travail supplémentaire sur une telle construction. L’Actros de Franklin a été commandé volontairement en version 2543 LS ENA avec une large cabine StreamSpace. Il fallait créer de la place derrière la cabine pour l’installation d’aspiration sous vide. Cet Actros à essieu traîné à roues simples est plus long de 90 centimètres que le 6x2 précédent à essieu poussé. « L’aménagement est naturellement très pratique pour le travail », dit Franklin. « Et je trouve la silhouette magnifique, maintenant que cette installation comble l’espace entre la cabine et la remorque citerne ou silo. Mais c’est aussi un régal de conduire ce camion et son confort n’a rien à envier à celui d’une voiture. Je ne le dis pas souvent, mais je suis tout simplement gâté ! »

Le plus important : la concentration au travail.

En tant que chauffeur avec camion attitré, Franklin a pleinement conscience de ses responsabilités. « Je dois toujours rester concentré », explique-t-il. « Sinon, c’est comme ça que les accidents arrivent. Cela commence par une vérification de l’absence de pression dans le système au moment du raccordement du tuyau. » Bien entendu, il doit aussi être extrêmement attentif sur la route : « La semaine dernière, il y en avait un qui roulait sur la voie du milieu et qui s’est déporté soudain sur la droite. Heureusement, mon assistant de régulation de distance est entré en action ! Cela fonctionne vraiment bien. » Franklin n’aime pas le désordre dans la cabine. « Je fais le ménage pour ainsi dire chaque jour », dit-il en riant. « J’aime la conserver propre et bien rangée, sinon gare à la casse ! Et nous devons encore tenir quelques années avec ce camion. » Quand Franklin fait une pause, il attrape le manuel de son Actros. « J’ai envie de tout savoir et je me rends compte chaque semaine combien ce véhicule est incroyable. Avec lui, je n’aurai pas de problème pour tenir dix ans ! »


Le nouvel Actros de Franklin est d’ailleurs très spécial : Mourik, qui numérote chacun de ses véhicules utilitaires, a attribué le numéro 2000 au camion de Franklin. Un « modèle collector » qui est entre de bonnes mains avec Franklin.


Photos : MCR

9 commentaires