Dřevařské centrum s.r.o. mise sur le nouvel Arocs 3351 pour le transport de grumes

Economie et logistique

Le marathonien de la forêt.

Dřevařské centrum s.r.o. exploite le nouvel Arocs pour le transport grumier. Jan Petrásek, directeur de la société, explique ce que ses employés et lui-même apprécient sur ce camion à l'étoile.

Un investissement fiable. Depuis 2014, le directeur Jan Petrásek fait confiance aux camions Mercedes-Benz.

Monsieur Petrásek, pourriez-vous résumer pour nos lecteurs l'histoire de votre entreprise et nous présenter son domaine d'activité ?

Jan Petrásek : L'entreprise Dřevařské centrum s.r.o. est à l'origine une société commerciale créée à la fin de l'année 2012. Elle est spécialisée dans l'achat et la vente de bois de menuiserie, de bois de construction et de bois de chauffage. Dans le courant de l'année 2013, nous avons commencé à exploiter la scierie de Bohdaneč près de Kutná Hora. C'est ainsi que nous avons fait nos premiers pas dans une activité de production autonome. Rapidement, au début de l'année dernière, nous avons loué la scierie puis racheté tout le site. L'élargissement de notre secteur d'activité au transport routier en 2014 marque une autre étape importante dans l'histoire de notre entreprise. Dans cet objectif, nous avons fait l'acquisition d'un ensemble routier spécial que nous utilisons pour nos propres besoins et que nous proposons en tant que prestation aux scieries de la région. Aujourd'hui, notre scierie traite plus de 20 essences de bois, l'accent étant mis sur la production de bois de menuiserie.


Une transmission de dernière génération. Le nouvel Arocs 3351 est animé par le nouveau moteur six cylindres en ligne OM 471 de deuxième génération.
Une transmission de dernière génération. Le nouvel Arocs 3351 est animé par le nouveau moteur six cylindres en ligne OM 471 de deuxième génération.
Le marathonien de la forêt. Le nouvel Arocs de l'entreprise Dřevařské centrum s.r.o. parcourt environ 6 000 kilomètres par mois, majoritairement sur des sentiers forestiers non stabilisés.
Le marathonien de la forêt. Le nouvel Arocs de l'entreprise Dřevařské centrum s.r.o. parcourt environ 6 000 kilomètres par mois, majoritairement sur des sentiers forestiers non stabilisés.

Depuis combien de temps utilisez-vous des véhicules Mercedes-Benz et pourquoi avoir choisi justement cette marque ?

Jan Petrásek : Nous utilisons des véhicules Mercedes-Benz depuis 2014. Pour le transport de bois, nous avons dans un premier temps acheté un tracteur du type Actros 3344 de 6 ans associé à un bras hydraulique EPSILON et une remorque du fabricant Lemex. Nous avons choisi Mercedes-Benz car la marque nous semblait la plus avantageuse au moment de l'achat. Le temps a prouvé que nous avions fait le bon choix ! En 2016, nous avons décidé d'investir dans un nouveau tracteur, équipements compris. Nous avions besoin d'un modèle spécial avec une transmission 6×6 et un cadre rehaussé et renforcé. Le choix s'est tout naturellement porté sur l'Arocs 3351.

Qu'est-ce qui distingue votre Arocs des autres véhicules et à quelle mission l'affectez-vous ?

Jan Petrásek : La principale différence par rapport à un tracteur classique, à mon sens, réside dans le fait que l'Arocs, avec sa superstructure forestière, dispose d'un équipement spécifique pour le transport grumier. L'utilisation en terrain difficile impose des exigences élevées en termes de fonctionnement et de fiabilité. Notre tracteur Arocs tout-terrain se distingue par une charge sur essieu avant accrue et un embrayage à ralentisseur turbo. Nous l'affectons surtout aux trajets courts.



Nos lecteurs seront certainement curieux de connaître le kilométrage mensuel approximatif, la puissance du moteur et la consommation.

Jan Petrásek : Notre Arocs ne reste jamais longtemps sans rien faire ! En  moyenne, il parcourt environ 6 000 kilomètres par mois. Il est animé par un six cylindres en ligne OM 471 de deuxième génération qui développe 375 kW. Cette énorme puissance facilite considérablement notre travail. La consommation se situe dans la plage optimale – aux alentours de 58 l aux 100 kilomètres, bras hydraulique compris.

De quels systèmes de sécurité votre véhicule est-il doté ? Dispose-t-il d'équipements supplémentaires ?

Jan Petrásek : Notre Arocs est par exemple équipé du système antiblocage de roues ABS, de la régulation antipatinage ASR et de la régulation du comportement dynamique ESP. Il dispose aussi d'un climatiseur et d'une cabine à suspension pneumatique, indispensable pour les missions en tout-terrain. 

A votre avis, quels sont les points forts du véhicule ?

Jan Petrásek : En premier lieu, sa fiabilité. L'Arocs affiche un extraordinaire comportement routier dans les terrains difficiles. Ce quatre tonnes se laisse manipuler avec une simplicité et une facilité surprenantes. Ceci est dû en particulier à l'embrayage à ralentisseur turbo qui, au besoin, freine le véhicule de manière efficace et sûre sans usure de l'embrayage.


Il semble que vous soyez satisfait de l'Arocs et qu'il réponde à toutes vos attentes. 

Jan Petrásek : C'est exact. L'Arocs a intégré notre parc de véhicules récemment. Pourtant, nous pouvons affirmé dès aujourd'hui qu'il cadre parfaitement avec le profil que nous avions défini au moment de l'achat.

Utilisez-vous d'autres véhicules de la marque Mercedes-Benz ?

Jan Petrásek : Oui. Nous avons un Actros 3344 de huit ans. Nous préparons son remplacement avec un carrossier qui travaille sur un deuxième Arocs 3351 plus récent. A l'avenir, nous utiliserons donc deux modèles identiques de Mercedes-Benz. Notre parc répond ainsi parfaitement à nos besoins.

Que signifie pour vous la marque Mercedes-Benz et pourquoi l'avez-vous choisie ?

Jan Petrásek : A mes yeux, cette marque est avant tout synonyme de qualité. Je dois dire que l'approche client du constructeur Mercedes-Benz m'impressionne, dans le sens positif du terme. Après la signature du contrat, les collaborateurs sont restés très attentifs, une démarche pas forcément partagée par d'autres entreprises. J'apprécie le professionnalisme du S.A.V. le respect des délais et la fiabilité. 


Photo : Vojta Kubec

1 commentaire